Dompter la foudre : Capter l'énergie

Publié le par groupe G

La foudre a depuis toujours causé de nombreux dégâts matériels ( maisons incendiés, appareils grillés…). Pour protéger tout ce matériel , une idée émerge dans les années 70 : utiliser un faisceau laser pour ioniser l’air et canaliser ainsi l’énergie de la foudre vers un point précis. Cela permettrait de dévier la foudre des appareils électriques et des bâtiments importants. Ce principe consiste à transformer les atomes de l’air en ions et ainsi électriser l’air de façon à former un faisceau électriquement chargé qui pourra avoir des interactions avec les ions de la foudre. On pourra donc placer le faisceau de telle façon à attirer la foudre dans des endroits sans risques. Le 1er prototype fut monté par les Américains et les Japonais. C’était un laser au gaz carbonique mais il était assez encombrant. Un second appareil du même genre sera inventé dans les années 80 mais il n’aura pas non plus un vif succès. Le second prototype n’apparaîtra que plus tard, dans les années 2000. Il provient de l’Institut de Recherche Hydro-Québec ( IREQ). Ce laser, nommé le laser titane-saphir est bien évidemment plus performant, et surtout moins encombrant donc plus pratique. Il met moins de tant à ioniser l’air environnant et est capable des canaux ioniser sur plusieurs dizaines de mètre, prouesse que n’était pas capable d’accomplir le premier prototype. Les lasers titane-saphir ont déjà été testé en 2004, mais seulement en laboratoire. Les scientifiques ont créer un mini orage avec deux électrodes séparés de 50 cm et l’expérience fut un réel succès. Cet hiver ils vont refaire un test avec des électrodes écartées de un à trois mètres et vont produire un orage de 500 000 volts à 1 000 000 de volts. Puis en été 2006, ils referont le test avec cette fois-c des électrodes espacés de 10 mètre capables de produire un éclair pouvant aller jusqu’à 5 000 000 de volts. Ce projet à ses avantages mais aussi des inconvénients. En effet, pour tester habituellement des équipements électriques il faut attendre sept à huit ans pour que la foudre tombe sur l’équipement. Or dans ce cas, si l’équipement fonctionne, on pourra directement faire tomber sur une pièce durant l’orage et même à plusieurs reprises si nécessaire. Cependant, il faudra encore attendre quelques années avant de pouvoir utiliser des lasers car à chaque étapes, surgit une nouvelle embûche. Passer de 50 cm à 2 mètres c’est déjà un pas gigantesque alors créer un système pouvant s’appliquer sur des kilomètres serait un exploit ! De plus pour tester cet appareil en laboratoire il s’agit de manier deux technologies de pointes : générer de très hautes tensions électriques, de l’ordre du méga volt, et de combiner le tout avec un laser très puissant. L’autre problème qui se pose est que pour l’instant, les expériences ont toutes était réalisés en espace clos. Arrivé sur le terrain il faudra faire faces à de nombreux problèmes, le système devra faire faces au vent, à la pluie et à toutes les autres épreuves réservées par le Nature.

Publié dans www.oragedestpe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Besnard Julie 24/08/2008 11:30

Bravo, pour votre tpe , il est très interessant... je me demande combien vous avez eu....

Sébastien Buthion, communciation CNRS Rhône Auvergne 24/04/2008 12:03

A noter : ce communiqué d'avril 2008 qui présente les avancées dans ce domaine grâce au Laser Teramobile : http://www2.cnrs.fr/presse/communique/1328.htm