Périodes et lieux préférentiels des orages

Publié le par groupe G

Selon l’endroit où l’on se trouve, les risques de foudroiement sont plus ou moins importants. Plus on s’éloigne de l’équateur, plus la fréquence d’orage diminue, jusqu’à devenir nulle au niveau des pôles ou des régions sub-polaires. De plus, la force moyenne des orages diminue au fur et à mesure qu’on s’éloigne de l’équateur. La chaleur et l’humidité sont aussi les causes des orages. Etant donné qu’il fait plus chaud au niveau de l’équateur, la fréquence des orages y est plus fréquente. La position par rapport à l’équateur n’est pas le seul facteur qui détermine la fréquence des orages. Par exemple, à l’est des U.S.A les orages sont plus nombreux et plus violents qu’en France malgré le fait que les deux pays soient à la même latitude. Cela est du au fait que l’air plus froid et sec du Pôle Nord rencontre l’air plus chaud et humide du golf de Mexique. Les orages se produisent surtout en été (de juin à août dans l’hémisphère Nord et de décembre à février dans l’hémisphère Sud) car l’air se réchauffe plus vite au sol, donc il est plus léger, monte plus vite et plus haut et rencontre donc plus les courants froids qui sont en altitude. Il est d’usage de caractériser l’importance de production d’orages dans une région par son niveau kéraunique. C’est par définition « le nombre de jours par an où le tonnerre à été entendu ». Par exemple en Floride le niveau kéraunique dépasse 100 alors qu’il n’est que de 20 en France.

Publié dans www.oragedestpe

Commenter cet article